Libellés

samedi 18 mai 2019

Pull Holly de Marie Amelie Designs

Cela fait bien longtemps que je ne suis pas revenue par ici, mais l'envie de partager avec vous une bien jolie découverte en matière de tricot m'a incité à rédiger cet article.

Cette jolie découverte, qui n'en est certainement pas une pour nombre de tricoteuses connectées à la blogosphère, ce sont les modèles de Marie Amélie Designs


Voici donc ma version de son pull Holly, un pull près du corps qui se démarque pas ses magnifiques torsades, encadrées par deux bandes de côtes décalées.



Les explications (13 pages quand même!) sont claires mais il faut tout de même une certaine expérience du tricot et une bonne dose de concentration pour se lancer dans ce projet.



 J'ai utilisé le fil "Mérinos 3,5", de chez Phildar, coloris Absynthe  et des aiguilles de 3,5.  Mon échantillon étant légèrement plus petit que celui que préconisé (23,5 mailles au lieu de 22), je suis partie sur une taille au-dessus.



Au final, le pull est à la bonne taille (ouf!) et il me plait beaucoup. 


Je termine par un gros plan sur les manches, qui constituent le point de mire de ce modèle.


 

mercredi 3 octobre 2018

Blouson Mc Call's 7100

Bien que les blousons style "Bomber" soient passés de mode depuis quelques années, qu'à cela ne tienne! Bien après tout le monde, j'ai décidé de m'en confectionner un.



Ce qui m'a poussé, c'est avant tout la nécessité d'utiliser ce beau coupon de jersey néoprène (également appelé "scuba") acheté lors d'une vente Agnès B.

Pas facile d'utiliser du néoprène ... La raideur de ce tissu se prête bien aux lignes très graphiques de vêtements à connotation avant-gardistes mais ce n'est pas trop mon style. Un blouson me paraissait être un projet pas trop risqué.



 

J'ai choisi le patron Mc Call's 7100, un modèle très populaire sur le net, qui avait fait l'objet d'un "sew along" sur le blog de Mc Call's


Résultat de recherche d'images pour "mc call's 7100" 


L'avantage d'un modèle qui a été beaucoup cousu, c'est qu'on peut s'appuyer sur des témoignages d'autres couturières. Le modèle étant réputé tailler petit (ce que je confirme), j'en ai tenu compte dans le choix de ma taille.




 J'ai pris beaucoup de plaisir à le réaliser même si je déplore qu'aucune doublure ne soit prévue dans la pochette. Vu les finitions proposées par Mc Call's, la présence d'une doublure me paraît indispensable pour cacher toutes les horreurs de l'intérieur.




Grâce aux conseils prodigués sur le blog de Mc Call's, j'ai dessiné mon propre patron de doublure, rajouté un pli d'aisance dans le dos et le tour était joué !




La pose de la doublure a été relativement facile. Par contre, je ne suis pas satisfaite du montage de ma fermeture éclair qui gondole. Si vous en connaissez la cause, n'hésitez pas à me le faire savoir !





Les poches sont prises dans la couture, on obtient donc sans trop d'effort un résultat propre

Les points les plus compliqués sont certainement la pose du bord côte, de la fermeture éclair et du col.


Pour ce qui est de la fermeture éclair, Mc Call's suggère une fermeture de 50 cm, ce que je trouve trop court au regard du modèle. En effet, la fermeture de 50 cm ne descend pas jusqu'en bas, ce qui oblige à soigner particulièrement la symétrie au moment de la pose, tout écart étant extrêmement voyant à cet endroit (regardez comme c'est moche !)





La prochaine fois, j'utiliserai une fermeture plus longue, de manière à ce que celle-ci aille jusqu'en bas (comme le suggère le dessin technique d'ailleurs), ce qui je pense serait plus facile à poser.





 Même s'il n'est pas parfait (à cause de cette saleté de fermeture qui gondole!), son extrême confort fait que je le porte très souvent. Le néoprène s'avère être très agréable, il isole bien du froid et présente l'avantage d'être totalement infroissable. Les manches raglans renforcent la sensation de confort, je peux porter de gros pulls en-dessous sans me sentir engoncée.

Bref, un modèle que je recommande !

samedi 7 juillet 2018

Suzon le chemisier un brin régressif

Mon addiction aux volants ne se dément pas et je persiste et signe avec le chemisier Suzon de République du Chiffon

 


C'est un modèle sur lequel j'ai tout de suite craqué même si son côté un peu enfantin me faisait un peu douter ... Dans sa description, la créatrice le qualifie "d'un brin régressif", ce qui est parfaitement vrai.  Malgré tout, je me suis lancée en me disant que j'aurai au moins la satisfaction de m'amuser à jouer avec les rayures de mon tissu



Les divers empiècements de ce patron permettent en effet de créer de jolis effets.


Au niveau technique, j'ai tout de même trouvé ce modèle un peu corsé, du fait des nombreuses coutures à assembler en rond. Le plus difficile a été l'assemblage de la bande d'encolure : j'ai vraiment cru qu'il y avait une erreur de patronage tellement les longueurs de la bande et de l'empiècement me semblaient ne pas correspondre. Mais en fait, si! Il faut bien tourner la bande en répartissant au maximum l'embus pour y parvenir.


Le modèle taille bien mais si vous êtes entre deux tailles, je pense qu'il vaut mieux choisir la taille au-dessus car l'aisance n'est pas excessive.



La cotonnade que j'ai choisi étant un peu raide, les volants se tiennent bien. La prochaine fois, je tenterai dans un tissu plus mou pour avoir un effet plus souple.







Au final, j'adore porter ce haut, qui me rappelle sûrement la période douce de l'enfance. Le seul petit inconvénient c'est que les volants ont tendance à  se mettent du mauvais coté lorsqu'on porte un sac à main en bandoulière .... Hé oui, quand on était une petit fille on n'avait pas ce problème au moins!


Le patron existe en version manches longues et j'ai déjà réservé l'un de mes plus beaux tissus pour en faire une version automnale. La folie des volants continue !



lundi 21 mai 2018

Tunique Mc Call's M7597

Dès sa sortie, l'an passé, j'ai craqué sur le modèle M7597 de Mc Call's :



Patron Mc Call's 7597



 J'étais justement à la recherche d'un modèle de tunique ample, à réaliser dans une viscose fluide, et la version A correspondait bien à  mes attentes.



C'est finalement ma maman qui a joué les "cobayes" et à en juger par son sourire, vous devinerez qu'elle en est ravie. A tel point, que je lui en fait une deuxième dans la foulée !


 


Difficile de vous montrer les détails de cette tunique car le tissu que j'ai choisi est très chargé mais ce qui fait sa particularité, c'est le plastron sur le devant et les fronces positionnée sur le ventre, qui apportent de l'ampleur là où on en a toujours besoin.






De profil, on voit que le positionnement des fronces ne fait pas ressortir le ventre.


Le dos est constitué d'un empiècement duquel partent d'autres fronces.

La principale difficulté de ce modèle, c'est de réussir les angles droits au bas du plastron. Je m'y suis prise à plusieurs fois avant d'y arriver ... 


Ce que j'ai aimé dans ce patron, c'est que les finitions intérieures sont très soignées. Le plastron est replié sur l'envers du vêtement afin de cacher toutes les coutures.




Certes, cela implique pas mal de couture à la main et donc du temps mais c'est tellement plus agréable d'enfiler un vêtement joli de l'intérieur !





 Le patron taille bien mais j'ai eu un souci au niveau du dos : une fois porté, il était beaucoup plus long que le devant, au moins 5 cm de différence ! J'ai rectifié l'ourlet du bas pour égaliser le tout mais je ne m'explique pas pourquoi cette différence. Peut-être est-ce dû à un problème de posture?
J'ai également remonté la fente d'ouverture du devant qui descendait trop bas. 

Sinon, tout est nickel !

 

mardi 15 mai 2018

Duo de tops Callisto

Après avoir fait un peu de rangement chez moi, je me suis aperçue qu'il devenait urgent de faire baisser ma pile de tissus jersey qui dormaient depuis fort longtemps en bas de mon placard.

Dernièrement, j'avais profité d'une promo sur les patrons de la pétillante bloggeuse Elsa, créatrice de la marque Urban Fairy, et mon choix s'était porté sur le top Callisto : un haut sympa avec de jolis volants en V sur le devant.

Résultat de recherche d'images pour "top callisto urban"


 Les volants sont vraiment partout en ce moment, ce qui me comble de joie car je suis une adepte de ce genre de fanfreluches.



.
Dans ma lancée, je suis arrivé à convaincre ma maman qu'elle aussi, avait besoin d'un haut à volants (il n'y a pas d'âge pour en porter, n'est-ce pas?) et hop ... deux tissus de moins dans mon stock!



La créatrice a même fait une vidéo sur "youtube" pour expliquer comment coudre ce haut, ce qui est vraiment sympa et fort utile quand on débute en couture.


La confection s'est passée sans encombres. Elsa vous apprend à utiliser des pinces plutôt que des aiguilles pour maintenir le jersey (c'est vrai que c'est tellement plus pratique !), à ajuster le patron en fonction de votre stature (je n'y pense pas forcément mais elle a tout à fait raison de souligner l'importance de cette étape, à fortiori quand on est plus petite que la moyenne).



Bref, ce fût un plaisir à coudre!



Avant de conclure, je vous donne deux conseils :

  • Choisissez un tissu ayant un peu de tenue pour que les volants se tiennent mieux. Si on compare mon jersey en viscose rouge, tout mou, au jersey de coton gris de maman, il est clair que le rendu est meilleur dans le jersey de coton
  • Méfiez-vous au moment de joindre la bande du bas avec le haut : lorsqu'on arrive au niveau des deux volants, cela crée une surépaisseur et il faut veiller à bien positionner les volants de manière à ce qu'ils se trouvent du bon côté


jeudi 12 avril 2018

Pantalon Vogue 9189

J'ai souvent constaté que la couture du pantalon faisait peur aux apprenties couturières. Est-ce également votre cas?
Moi-même, je m'imaginais que ce vêtement qui pourtant fait partie de mon quotidien ne serait pas à ma portée. Et puis un jour, je me suis lancée et depuis ... je suis devenue une inconditionnelle faiseuse de pantalons!


 Voyez comme je suis fière !



Celui que je vous montre aujourd'hui est une petite pépite : il s'agit du patron pochette VOGUE V9189 

 
 Il s'agit d'un patron original publié en 1960. A l'époque, les femmes avaient la taille très fine, j'ai donc opté pour une taille au-dessus de ma taille habituelle chez Vogue et j'ai bien fait.



 La particularité de ce patron est qu'il est décliné pour les 3 statures : petite, moyenne et grande. Au regard de mon 1,59 m, j'ai opté pour la taille "petite" et c'est vrai qu'il tombe parfaitement. Je n'ai eu aucun ajustement à faire : quel bonheur ! Je précise que le patron est décliné dans toutes les tailles pour chacune des trois statures.



 Il est doté de deux empiècements aux hanches et d'une fermeture sur le côté, cachée sous un bord. La gestion de l'empiècement de hanche et de la fermeture sous patte n'a pas été facile mais grâce aux schémas et à la clarté des explications de Vogue, cela reste faisable.



J'aime beaucoup le détail de la ceinture qui se termine en pointe :





 L'autre particularité de ce pantalon, c'est qu'il est doté de doubles pinces sur le demi-devant et le demi-dos (au lieu d'une seule pince normalement) 





Bien que très cambrée, je n'ai pas eu besoin de modifier le dos du pantalon : il se plaque bien et tient bien en place à la taille.

Par contre, j'ai eu un peu de mal à résorber l'embus au moment de la couture de la ceinture sur le pantalon. La prochaine fois, je couperai la ceinture 1 cm plus longue pour me faciliter la tâche.


 Avec ses jambes fines, je trouve que ce modèle, datant des années 60, reste dans l'air du temps.

J'aime tellement sa coupe que je viens de m'en couper un autre !